Actualités

La langouste blanche a sa propre histoire à nous raconter

août 7, 2018

La première pêcherie certifiée dans les Caraïbes

Sous les eaux bleues cristallines des Bahamas, on peut voir des pêcheurs ramener des langoustes de façon durable. Et ils ont la certification MSC pour le prouver ! Lorsque cette langouste arrivera dans les assiettes des américains et des européens, les amateurs de fruits de mer seront ravis d’apprendre qu’en plus d’être un met délicieux, cette langouste a un impact positif sur nos océans.

Depuis 2009, l’association Bahamas Marine Exporters (par laquelle passe la majeure partie de la production de langouste) travaille avec le WWF, le ministère des Bahamas pour les ressources marines et The Nature Conservancy, afin d’apporter des améliorations à cette  pêcherie, dans un pays où les moyens du gouvernement pour remédier à la pêche INN (illicite, non déclarée et non réglementée) sont faibles. En adoptant un Projet d’Amélioration de Pêcherie (FIP, Fishery Improvement Project) pour prendre en compte la gouvernance, les pratiques de pêche et les impacts environnementaux, la pêcherie a défini quelle était sa vision sur le long terme en terme de durabilité et comment l’atteindre. Avec sa certification MSC, elle devient la première pêcherie certifiée du programme MSC dans les Caraïbes.

Une pêcherie essentielle aux communautés locales

Les pêcheurs plongent pour capturer les langoustes dans les « casitas » (petites maisons), qui ressemblent à de petites tables posées sur le fond de l’océan. Les langoustes sont attirées par cet abri qui les protège mais sont libres d’aller et venir sans être piégées. Cette méthode de pêche non intrusive a très peu d’impacts sur les habitats environnants. Aux Bahamas, une plus petite portion de langoustes est également pêchée grâce à des pièges en bois.

Dans la région, les langoustes représentent un produit de base très important. L’industrie emploie environ 9000 pêcheurs dans une zone océanique de plus de 45000 mètres carrés. La pêcherie exporte plus de 4 millions de livres de langoustes chaque année. Maintenir les populations de langouste à des niveaux durables est donc crucial afin de maintenir aussi les moyens de subsistance des populations locales.

Les projets d'amélioration de pêcheries (FIPs)

Wendy Goyert du WWF a travaillé avec la pêcherie de langouste des Bahamas pendant plusieurs années et reconnaît la valeur ajoutée des FIPs : « Ce Projet d’Amélioration de Pêcherie a généré une  multitude de progrès : adoption de règles de contrôle des captures, études sur les prises accessoires,  évaluation du stock, établissement d’une collecte de données et d’un système de gestion… Tous ces éléments ont permis à la pêcherie de langouste d’être en bonne voie pour la certification MSC. »

Bill Mardon, acheteur de produits de la mer pour Costco, en convient. « Les FIPs sont un excellent outil pour permettre aux pêcheries d’obtenir la certification MSC. Ils permettent d’établir une série d’étapes avec des objectifs définis et un calendrier. Et il y a une récompense à la fin : des pêcheries qui peuvent continuer de pêcher pour les nombreuses années à venir. » Pendant 5 ans, Costco a soutenu ce FIP , en s’approvisionnant sur la pêcherie et en vendant les langoustes dans leurs magasins à travers les Etats-Unis.

Entrer dans une évaluation MSC est une démarche volontaire pour les entreprises et les pêcheries qui souhaitent être certifiées MSC. La période d’évaluation dure en général entre 12 et 18 mois et consiste en une série d’audits rigoureux et de vérifications menées par un organisme de certification accrédité et tierce-partie . Lorsque l’organisme de certification détermine qu’une pêcherie est conforme au Référentiel MSC, cela signifie que la pêcherie respecte les principes fondamentaux du MSC pour une pêche durable : elle laisse assez de poissons dans la mer pour qu’ils se reproduisent indéfiniment, son impact environnemental est minimisé et ses méthodes de gestion sont efficaces.

« Aux Bahamas, une partie croissante du marché des produits de la mer reconnaît les bénéfices économiques de la certification MSC », s’exprime Mia Isaacs, présidente du BMEA. « Maintenir les populations de poisson en bonne santé peut ouvrir de nouveaux marchés, satisfaire les consommateurs éco-responsables et assurer qu’il y aura toujours des langoustes à pêcher pour les générations futures. »

Pêcher pour les générations présentes et futures

Le futur des langoustes des Bahamas est directement lié aux futures générations de pêcheurs locaux, aux transformateurs et aux acheteurs. Gregory Brown, pêcheur local, était là quand  les pêcheurs régulaient eux-mêmes et pêchaient autant qu’ils le pouvaient. La ressource peut s’épuiser et dans ce cas-là les emplois disparaîtront et les familles n’auront plus à manger. « Nous devons préserver les ressources pour les générations à venir » dit-il.

Pendant que le soleil brille sur les eaux bahamiennes, la pêcherie de langoustes s’illustre en tant qu’exemple de l’impact du développement durable sur les communautés locales, les Caraïbes et les océans.

Vous pouvez découvrir une courte vidéo sur la pêcherie ici (en anglais).
  • '{{item.Image.Title}}', {{item.Image.Artist}}, {{item.Image.Description}}