Dernières actualités — Marine Stewardship Council
Personal tools
Log in

Skip to content. | Skip to navigation

Sections
You are here: Home Impacts du MSC Rapport Annuel 2016-17 Dernières actualités
Le Grande Hermine - copyright : Compagnie des Pêches Saint-Malo

Le Grande Hermine - copyright : Compagnie des Pêches Saint-Malo

La pêcherie française de cabillaud et d’églefin confirme sa durabilité

Nov 09, 2017

L’armement boulonnais EURONOR et la Compagnie des Pêches Saint-Malo, soutenus par leur organisation de producteurs, le FROM Nord, viennent de renouveler avec succès leur certification MSC pour leur pêcherie de cabillaud (Gadus morhua) et d’églefin (Melanogrammus aeglefinus) en Arctique Nord-Est. Récompensés pour la première fois en avril 2012 pour leurs pratiques de pêche durable, une nouvelle évaluation complète, menée au bout des cinq ans de validité du premier certificat, a permis de confirmer une gestion efficace de la pêcherie garantissant une préservation des espèces et des écosystèmes marins.

Des populations de poisson en bonne santé

Pour pêcher le cabillaud et l’églefin en Arctique Nord-Est, les voyages en mer des pêcheurs français sont longs, de 40 à 90 jours, et se font à bord des deux chalutiers congélateurs d’Euronor (le Cap Nord et le Klondyke) et du chalutier le Grande Hermine de la Compagnie des Pêches Saint-Malo. La pêcherie opère à des profondeurs de 120 à 350m pour trouver ces deux espèces démersales pouvant vivre jusqu’à 500m au-dessous du niveau de la mer.

De nombreux travaux de recherche et données scientifiques permettent de suivre l’évolution et l’état des populations de cabillaud et d’églefin en Arctique Nord-Est. Bien qu’ayant fluctué dans le passé, les deux stocks sont aujourd’hui à des niveaux de biomasse sains, en constante augmentation depuis le début des années 90. Ils se situent aujourd’hui au-dessus du Rendement Maximal Durable grâce notamment, à une pression de pêche qui diminue depuis plusieurs décennies. En 2016, les captures des pêcheurs français s’élevaient à 8000 T pour le cabillaud et 200 T pour l’églefin, distribuées majoritairement sur des marchés français et d’Europe de l’Ouest.

Vers une meilleure connaissance des écosystèmes marins

En 2012, la pêcherie s’est engagée à collecter davantage d’informations sur son interaction avec les habitats, pour pouvoir maintenir sa certification MSC. Le programme MAREANO a notamment permis de fournir des données détaillées sur le type d’habitats rencontrés dans la zone économique exclusive norvégienne. Elles montrent que la pêcherie opère principalement sur des sédiments mous sableux, peu vulnérables aux interactions avec les engins de pêche démersaux.

Dans la Mer de Barents, un processus est actuellement en cours pour cartographier les habitats et envisager des Aires Marines Protégées dans des zones sensibles. Des aires importantes pour les coraux d’eau froide et de monts carbonatés ont déjà été fermées aux engins traînants dans les eaux norvégiennes, d’autres sont en cours de considération sur des Ecosystèmes Marins Vulnérables. Mais, dans le cadre de sa re-certification MSC, la pêcherie devra aller plus loin et continuer à consolider ses preuves d’absence d’impact et de gestion de ses opérations dans les Ecosystèmes Marins Vulnérables.

Dans la Zone Economique Exclusive Norvégienne, les rejets sont interdits et il n’y a pas d’autres espèces que le cabillaud et l’églefin retenues à bord. Tous les chaluts sont équipés de grille d’échappement pour laisser les petits poissons et les espèces non-ciblées s’échapper.

Une pêche durable et bien gérée

Le système de gestion de la pêcherie est solide et suit des plans de gestion mis en place par la Commission des Pêches Norvège-Russie en 2004 : des quotas préventifs et de précaution sont imposés pour assurer que les stocks se maintiennent au niveau du Rendement Maximal Durable. Des limitations de taille de maille, une taille minimale de capture, un maximum de captures accessoires d’espèces non-ciblées, la fermeture d’aires à hautes densités de juvéniles, et d’autres restrictions saisonnières ou géographiques sont également des mesures mises en place par la pêcherie permettant d’assurer sa durabilité sur le long terme.

Ces mesures et la certification MSC, aujourd’hui renouvelée, apportent une reconnaissance supplémentaire aux produits de cette pêcherie, congelés et transformés à bord puis majoritairement vendus sur les marchés français et d’Europe de l’Ouest.

Trouvez toutes les informations sur la certification de cette pêcherie sur https://fisheries.msc.org/en/fisheries/compagnie-des-peches-saint-malo-and-euronor-cod-and-haddock 

Document Actions