Réponse du MSC : Le programme indépendant du MSC contribue à la sauvegarde des océans — Marine Stewardship Council
Outils personnels
Se connecter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Sections
Vous êtes ici : Accueil Salle de presse Réponse du MSC : Le programme indépendant du MSC contribue à la sauvegarde des océans

Réponse du MSC : Le programme indépendant du MSC contribue à la sauvegarde des océans

Le Marine Stewardship Council (MSC) et le WWF travaillent ensemble à travers un partenariat constructif de longue date. Les allégations publiées sont en contradiction avec la position mondiale et l’engagement du WWF envers le MSC.

 Suite à la parution de l’article, le WWF a rapidement confirmé que ce Rapport est « un document de travail interne n’ayant été ni revu, ni vérifié et non représentatif de la diversité des opinions. Il ne s’agit pas d’une expression officielle de l’opinion du WWF et ne doit pas être caractérisé comme tel». Le MSC et le WWF souhaitent que les inexactitudes dans ce Rapport soient corrigées.

 Rupert Howes, Directeur Général du MSC commente : « Pour faire une réelle différence sur la gestion de la pêche dans les océans, une certification doit être crédible et indépendante. Le programme MSC repose sur l’implication des parties prenantes, sur l’indépendance des évaluations et la rigueur scientifique. Les preuves montrent que les pêcheries certifiées MSC délivrent des impacts positifs sur l’environnement. Avec le soutien du WWF et d’autres partenaires, le MSC a établi un programme de certification et un label crédibles pour les produits de la mer durables contribuant à la préservation des océans ».

Le WWF encourage fortement les consommateurs à choisir des produits de la mer labellisés MSC. Les projets d’amélioration de Pêcheries (FIP) développés entre le WWF et des partenaires tels que les représentants du secteur thonier espagnol, OPAGAC, et John West ont pour ambition d’accompagner les pêcheries au niveau de durabilité exigé pour l’obtention de la certification MSC. WWF a  publié une déclaration confirmant « continuer de soutenir le MSC, meilleur programme de certification pour les produits de la mer ».

Le Référentiel MSC, reflet des meilleures pratiques reconnues internationalement 

Le MSC est le seul programme de certification pour les produits de la mer sauvages membre de l’ISEAL, l’Alliance internationale pour des standards sociaux ou environnementaux crédibles. Il répond également aux directives de la FAO.

La gouvernance du MSC reflète la diversité d’opinions et d’intérêts au sein de la communauté des produits de la mer durables. Elle inclut à la fois des scientifiques, des ONGs, des entreprises de produits de la mer, des transformateurs, des distributeurs et des marques. Le Référentiel MSC est révisé et actualisé tous les 5 ans. Il reflète un consensus des meilleures pratiques internationales de gestion des pêcheries durables.

En tant que membre du Conseil des Parties Prenantes, le WWF contribue aux révisions des Référentiels MSC. Le WWF contribue également en tant que partie prenante aux évaluations de nombreuses pêcheries. Les contributions du WWF et de nombreuses autres organisations, ont permis d’améliorer le contrôle des évaluations des pêcheries de thon et d’augmenter les exigences des pêcheries certifiées MSC quant à leurs impacts sur les habitats marins par exemple.

Le MSC : une organisation à but non-lucratif pour contribuer à la préservation des océans

Le MSC est une organisation à but non-lucratif et ne fait donc aucun bénéfice. Le MSC ne touche pas d’argent sur la certification des pêcheries. Les évaluations sont conduites indépendamment par des organismes de certification tierce-partie accrédités, qui n’ont aucun lien financier avec MSC. 

Les revenus du MSC viennent de dons de fondations et des redevances sur l’utilisation du label. Le nombre de produits portant le label MSC n’est en aucun cas sous le contrôle du MSC, car du ressort uniquement des distributeurs et marques de produits de la mer. 

Le MSC utilise ses fonds pour développer ses Référentiels Pêcheries et Chaîne de Garantie d’Origine, poursuivre son travail de sensibilisation à travers des campagnes de communication et renforcer son engagement dans les pays en voie de développement et avec les pêcheries artisanales, notamment via le Fonds Mondial pour la Pêche Durable. Ce Fonds permet également de soutenir le travail de chercheurs internationaux afin d’améliorer la connaissance et d’incorporer les nouvelles données scientifiques et les meilleures pratiques internationales dans le Référentiel MSC. 

Notre théorie du changement repose sur le postulat suivant : plus le consommateur choisira des produits de la mer labellisés durables, plus les pêcheries seront encouragées pour atteindre les niveaux de durabilité exigés par le Référentiel MSC, plus ces améliorations auront des impacts positifs sur la santé des océans. Le label MSC est un moyen visuel simple de donner le pouvoir aux consommateurs de devenir moteurs de changements positifs.

Le nombre croissant de produits labellisés MSC reflète à la fois une plus grande reconnaissance au sein de la filière et auprès des consommateurs, mais aussi une considération de plus en plus grande pour la pêche durable. Cette tendance est positive pour une préservation des océans pour le futur.

Nos océans sont mondiaux, notre vocation et notre solution le sont aussi

Le programme MSC est ouvert aux pêcheries, de grande comme de petite échelle, quel que soit leur localisation. Cela inclut des pêcheries ayant connu des temps difficiles par le passé ou ayant des challenges à surpasser pour le futur. La certification exige que les pêcheries démontrent, à travers des preuves scientifiques qu’elles répondent au Référentiel Pêcheries du MSC. Lorsque les circonstances évoluent en défaveur de sa durabilité, la certification MSC d’une pêcherie peut être suspendue. Ce fut le cas pour la pêcherie de thon albacore à la ligne pêché aux Maldives.

« Pour avoir une influence sur les pratiques de pêche mondiales, nous devons rester ouvert à toutes les pêcheries volontaires qui souhaitent entrer en évaluation MSC. Si des preuves montrent qu’elles répondent au Référentiel MSC, elles méritent donc cette reconnaissance. » rajoute Rupert Howes.

Les pêcheries certifiées MSC sont durables et continuent de s’améliorer

Les pêcheries certifiées MSC délivrent des impacts positifs sur la santé de nos océans, comme le montre notre Rapport sur les impacts environnementaux du MSC. Sur l’ensemble des pêcheries certifiées, 94% d’entre elles ont eu au moins une amélioration à apporter pour renforcer ou analyser la durabilité de leurs opérations, ceci afin de conserver leur certification. Fin 2015, 281 pêcheries (91% de l’ensemble des pêcheries certifiées MSC) avaient mis en place 876 améliorations ; d’autres étant en cours de développement.

Objection à la certification

La procédure d’objection du MSC est conçue pour permettre une revue indépendante et prendre en considération des désaccords sur la notation d’une pêcherie par l’organisme de certification, le tout sous le contrôle d’un juge indépendant. L’objection du WWF à la certification de la pêcherie Echebastar de Thon dans l’Océan Indien démontre l’importance de la participation des parties prenantes à ce stade.

Dans la plupart des cas, y compris pour l’objection de WWF concernant la pêcherie de bonite des Maldives, l’arbitrage indépendant conduit à un changement de notation pour la pêcherie, et à des actions supplémentaires que doit prendre la pêcherie, même si elle n’échoue pas à obtenir la certification. Un article récent fournit des informations sur 31 objections, dont 2 ont abouti à un échec de la certification de la pêcherie et 16 ont abouti à des changements de notation.

Thon et règle de contrôle des captures 

Les règles de contrôle de captures sont un « mécanisme de déclenchement » efficace pour permettre aux pêcheries d’ajuster rapidement leurs pratiques à un changement de l’état du stock. Elles sont particulièrement importantes dans le cas de pêcheries partagées entre plusieurs pays et qui opèrent sur des espèces de grands migrateurs comme le thon. Historiquement, il a été difficile pour les organisations régionales de gestion des pêches thonières de s’accorder sur ce genre de règles. C’est pourquoi le MSC croit en l’importance d’encourager l’adoption de ce type de règles

Les exigences du MSC permettent aux pêcheries thonières qui auraient un historique complet et rigoureux de gestion efficace d’obtenir la certification MSC, à condition que les stocks de thons soient maintenus à un niveau durable. Une fois la certification obtenue, la définition de règles de contrôle des captures claires est une condition pour maintenir la certification, mais représente également une incitation au changement pour que les poissons puissent continuer à porter le label MSC. Etant donnée la demande croissante pour du thon labellisé MSC, cette approche permet de catalyser de vrais changements dans la gestion des pêcheries thonières – et c’est exactement ce que le WWF demande. 

L’efficacité de cette approche est démontrée par un évènement marquant récent : l’adoption en 2016 par la Commission des Thons de l’Océan Indien (CTOI) de règles de contrôle des captures pour le thon listao. C’est la première fois que de telles mesures sont prises pour un stock en bonne santé par une organisation internationale de gestion du thon. Les exigences du MSC ont été une motivation significative pour catalyser la mise en place de cet accord, et nous félicitons le gouvernement des Maldives et sa pêcherie certifiée de thon listao pour leur rôle dans la promotion de l’adoption de ces règles de gestion. Des mesures similaires sont en cours de développement par la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (CICTA) et par la Commission pour les Pêcheries du Pacifique Central et Occidental (WCPFC). La demande des distributeurs pour un approvisionnement durable en thon certifié MSC est de plus en plus pressante et les actions menées par les pêcheries certifiées et celles intéressées pour l’être ont joué un rôle important dans la mise en place de ces progrès.

Suite aux retours du WWF lors de la dernière révision de son Référentiel Pêcheries, le MSC a également engagé un travail avec les organismes d’évaluation pour assurer que toutes les pêcheries thonières opérant dans le même océan obtiennent les mêmes notes sur les critères de gestion de leurs pratiques, y compris ceux concernant les règles de contrôle des captures.

Le hoki de Nouvelle Zélande satisfait aux critères de pêche durable les plus stricts

Depuis la première certification en 2001, les stocks néozélandais de hoki ont plus que doublé, grâce à une gestion précautionneuse des stocks. Le Référentiel MSC exige que la totalité des captures, rejets et captures accessoires compris, soient pris en compte et étudiés pour déterminer si oui ou non les stocks sont assez abondants pour supporter le niveau de pêche appliqué.

Le système de gestion par quota néozélandais (Quota Management System – QMS) se base sur l’évaluation scientifique des stocks. Il demande une documentation stricte, des hauts niveaux de surveillance (y compris de la surveillance satellitaire, des observateurs gouvernementaux embarqués, un contrôle et une déclaration rigoureux des captures) et intègre un système de sanctions conséquentes en cas d’infraction. Trente et un pourcents de la ZEE néozélandaise sont également légalement fermés au chalutage de fond pour protéger les habitats benthiques.

Le MSC félicite et soutient la pêcherie de hoki de Nouvelle-Zélande pour les améliorations effectuées et les notes élevées obtenues lors de leur évaluation selon le Référentiel MSC.

La pêcherie d’empereur est en cours d’évaluation

L’évaluation de la pêcherie d’empereur de Nouvelle-Zélande est en cours. Cette pêcherie n’est pas certifiée MSC. Comme expliqué ci-dessus, toute pêcherie qui remplit les critères d’éligibilité du Référentiel Pêcheries du MSC peut entrer en évaluation. Pour être certifiée, elle devra satisfaire le haut niveau d’exigence des critères du Référentiel MSC.

Contacts 

Stéphanie Poey
Responsable communication MSC France
stephanie.poey@msc.org
Tel : +33 (0)1 81 80 12 71
Mobile : +33 (0)6 28 54 19 85

Jo Miller
Head of Media, Marine Stewardship Council
jo.miller@msc.org 
Direct: + 44 (0) 20 7246 8924 
Mobile: +44 (0) 7515 329614

Actions sur le document