Changement climatique et pêche

Le changement climatique a un impact profond sur nos océans et notre vie marine. Ses effets modifient la répartition des stocks de poissons et leur alimentation.

L'équilibre entre les priorités économiques et environnementales est maintenant encore plus important pour garder nos océans sains et pleins de poissons pour l'avenir - nous ne pouvons y parvenir qu'en pêchant de façon durable.

Comment le changement climatique affecte-t-il les océans et la vie marine ?

93%

de la chaleur accumulée dans l'atmosphère terrestre est absorbée par les océans.

Les océans jouent un rôle majeur dans la dynamique du climat, absorbant 93 % de la chaleur qui s'accumule dans l'atmosphère terrestre et un quart du dioxyde de carbone (CO2) émis par les combustibles fossiles. Les impacts du changement climatique sur nos océans comprennent les changements de température, l'acidification, la désoxygénation et les changements dans les courants océaniques.  

Compte tenu de leur importance pour la planète, il est essentiel que nous gérions les océans de façon durable. Les changements dans l'océan se traduisent par des changements dans les stocks de poissons. Gérer la pêche de manière durable exige de s'adapter à tous les problèmes liés au changement climatique.  

Au cours des 30 dernières années, on estime que les vagues de chaleur marines ont augmenté de plus de 50 %. À l'échelle mondiale, on prévoit que la température des océans augmentera de 1 à 4 °C d'ici 2100. 

Ces changements ont des répercussions sur la vie marine. Une hausse soudaine de la température et l'acidification peuvent entraîner la perte d'habitats et d'espèces marines. L'évolution des courants océaniques et le réchauffement des eaux modifient la répartition des stocks de poissons et la structure des écosystèmes. 

 

Comment le changement climatique affecte-t-il la pêche ?

Le changement climatique menace les stocks de poissons, mais crée également de nouvelles possibilités de pêche.  

On prévoit que les zones tropicales connaîtront des baisses allant jusqu'à 40 % des prises potentielles de poissons et fruits de mer d'ici 2020. 

Par contre, dans les régions aux latitudes plus élevées, comme l'Atlantique Nord et le Pacifique Nord, on observe une augmentation de l'aire de répartition de certaines espèces de poissons. 

Ces changements posent des défis. Pour continuer à pêcher de manière durable, il faut adopter de nouvelles méthodes de pêche. L'industrie de la pêche et les gouvernements ont eu de la difficulté à s'entendre sur la meilleure façon de gérer l'évolution des stocks de poisson, surtout si le poisson traverse les frontières internationales ou si les prises doivent être considérablement réduites. 

 

Si le changement climatique affecte les poissons, est-ce que je peux quand même les manger ?

1 à 5 kg

de carbone produit par kilo de poisson sauvage. 

 

Oui. Essayez de choisir du poisson et des fruits de mer étiquetés MSC. Les pêcheries certifiées MSC sont bien gérées et mieux préparées au réchauffement climatique. Ces pêcheries suivent les avis scientifiques actuels pour s'assurer qu'elles capturent les poissons de manière durable.

Le poisson sauvage est un aliment qui a un impact carbone faible.

Une autre bonne nouvelle est que la pêche a moins d'impact sur le climat que la récolte d'autres protéines. Une étude sur les émissions de gaz à effet de serre des pêcheries sauvages a révélé que chaque kg de poisson capturé produit entre un et cinq kg de carbone. En comparaison, la production de viande rouge est estimée entre 50 et 750 kg de carbone par kg de viande. 

Il est également prouvé que la pêche durable contribue à réduire les émissions de carbone en augmentant l'efficacité. Par exemple, l'augmentation des captures dans les pêcheries islandaises signifie que que les navires de pêche effectuent désormais des voyages de pêche plus courts, ce qui réduit leur consommation de carburant et leurs émissions de carbone.

Comment la pêche durable peut-elle faire face au changement climatique ?

Les pêcheries durables qui répondent à la norme du MSC en matière de pêche durable sont bien gérées et mieux préparées aux changements climatiques.

Ces pêcheries font l'objet d'une surveillance et d'une gestion efficaces afin de réduire leur impact sur l'environnement et de ne capturer que ce qui est durable. Suivant l'avis scientifiques, ces pêcheries ont des plans préétablis pour réagir au réchauffement climatique probable.

Ces pêcheries montrent qu'il est possible d'équilibrer les priorités économiques et environnementales pour protéger l'océan et nos approvisionnements en fruits de mer.

Que se passe-t-il lorsque les pêcheries ont du mal à s'adapter aux changements climatiques ?

Comme le changement climatique peut affecter les stocks de manière inattendue, même les pêcheries certifiées MSC peuvent rencontrer des difficultés.

Voici deux exemples de stocks de poissons touchées par les changements climatiques :

Maquereau de l'Atlantique du Nord-Est

Il y a eu un changement rapide dans la répartition du maquereau depuis 2007. Les stocks se sont déplacés vers le nord à mesure que la température de la mer augmentait. 

Le changement dans le mouvement du maquereau a entraîné des désaccords entre les Etats côtiers sur la façon de partager les ressources halieutiques. Comme les poissons traversent les frontières géopolitiques, il n'y a pas d'accord sur la meilleure façon de gérer le stock.

En l'absence d'accord, la certification du maquereau de l'Atlantique Nord-Est par le MSC a été suspendue en mars 2019. Cette suspension affecte les pêcheries opérant dans huit pays.

Les pêcheurs de maquereau se sont engagés à mettre en oeuvre une stratégie de pêche efficace d'ici la mi-2020. Le MSC collabore avec ses partenaires pour appuyer ces efforts et encourager le règlement du différend. 

Cabillaud de la mer du Nord

Le déclin récent des populations de cabillaud de la mer du Nord a été attribué en partie au changement climatique. Ce changement a entraîné la réduction du nombre de morues juvéniles qui survivent jusqu'à l'âge adulte. Le fait d'avoir moins de poissons adultes a rendu plus difficile la pêche durable du stock de morue. En raison de ce problème, la certification par le MSC des pêcheries de morue de la mer du Nord a été suspendue en septembre 2019.

Les pêcheries ont réagi à cette nouvelle décevante en s'engageant à prendre des mesures pour reconstituer les stocks de cabillaud au cours des cinq prochaines années.

Que peut-on faire d'autre pour protéger les stocks de poissons ?

Les gestionnaires des pêcheries doivent adopter des approches plus prudentes pour protéger les stocks de poissons futurs. Mais une gestion efficace des pêcheries exige également une coopération internationale importante de la part des gouvernements. Il s'agit là d'un défi de taille pour de nombreux pays qui cherchent à consillier les intérêts économiques et environnementaux.

Certains progrès ont été réalisés. Par exemple, en juillet 2015, les délégues du Canada, du Danemark (pour le Groenland et les îles Féroé), de la Norvège, de la Russie et des Etats-Unis ont signé un accord pour empêcher la pêche commerciale non réglementée en haute mer dans le centre de l'Arctique.

 

Pour en savoir plus : Le changement climatique devrait entraîner de profonds changements dans le secteur de la pêche 

Les océans : enjeux

Les océans sont essentiels à la vie sur Terre. Occupant plus de 70% de la surface de la planète, ils régulent le climat et fournissent l'oxygène dont nous avons besoin pour survivre.

En savoir plus

Surpêche, pêche illégale et destructrice

Lorsqu’on pêche trop de poissons et qu'il n'y a plus assez d'adultes pour se reproduire et maintenir une population saine, le stock est surexploité.

En savoir plus

La pêche et les communautés locales

De nombreuses personnes dépendent de l'industrie de la pêche et pour beaucoup, le poisson est une source importante de nourriture.

En savoir plus
  • '{{item.Image.Title}}', {{item.Image.Artist}}, {{item.Image.Description}}