Communiqués de presse

Thon rouge en Méditerranée : des pêcheurs artisans mobilisés pour une pêche durable

octobre 26, 2020

L’ONG MSC (Marine Stewardship Council) pour la préservation des océans accompagne la coopérative des pêcheurs de Sète, SA.THO.AN pour contribuer à une exploitation durable du thon rouge en Méditerranée. L’organisation lie sa mobilisation et son expertise en matière de pêche durable à la SA.THO.AN, pour préserver les ressources naturelles de la Méditerranée en limitant l’impact des activités des petits pêcheurs de thon rouge sur l’environnement. Après des années de pratiques durables, les producteurs artisans fédérés par la SA.THO.AN sont ainsi les premiers pêcheurs de thon rouge en Méditerranée à obtenir le label écologique MSC pour leurs activités en mer engagées et respectueuses des normes environnementales définies par l’organisation internationale. Une collaboration de long terme qui lance un signal positif pour l’avenir de la planète.   

La petite pêche s’engage aux côtés du MSC pour la planète  

Riche en biodiversité, la Méditerranée subit l’impact des activités humaines liées aux pressions économiques (urbanisation du littoral, tourisme de masse, activités maritimes, surexploitation…) qui fragilisent ses écosystèmes et ses ressources. Aujourd’hui, 90 % des pêcheries (selon la FAO)1 en Méditerranée sont artisanales et manquent encore de connaissances environnementales et de contrôles pour freiner la dégradation de la biodiversité dans cette mer. 

L’organisation MSC est mobilisée aux côtés des pêcheurs artisans de thon rouge de la SA.THO.AN en Méditerranée pour préserver cette ressource naturelle sauvage au large des côtes françaises, qui avait atteint des niveaux critiques au milieu des années 2000 dus à la surpêche.  

« Les pêcheurs de la SA.THO.AN savent que leur métier a une grande part de responsabilité dans la protection des océans et des ressources marines, en particulier là où certaines populations étaient historiquement très affaiblies par la surexploitation, comme le thon rouge en Méditerranée. Il était important pour eux d’aller plus loin que la réglementation en vigueur, avec des activités aussi durables que possible et respectueuses des écosystèmes, en s’associant au MSC dans l'intérêt d'une planète préservée. » déclare Bertrand Wendling, Directeur Général de la SA.THO.AN.  

Pour aider à rétablir cette espèce autrefois en danger, les pratiques quotidiennes des pêcheurs artisans ont été contrôlées au cours d’une évaluation indépendante menée par l’organisme de certification Control Union, en collaboration avec des scientifiques en écologie marine, gestion des pêches et évaluation des ressources marines, ONG, institutions, organisations de pêche entre autres (WWF, The Pew Charitable Trusts, ICCAT2, ISSF3, IFREMER...) pendant près de deux ans, en vue d’atteindre la certification. Des mesures ont été mises en place afin de rendre leurs activités plus respectueuses des populations de thons rouges et de la mer Méditerranée : 

  • Une meilleure localisation des activités de pêche : les pêcheurs opèrent sur des petits navires côtiers dans le golfe du Lion, les eaux corses et au nord des Baléares.  

  • Des méthodes de pêche passives (la palangre, la canne et la ligne) qui n’impactent pas les habitats.

  • Des technologies innovantes comme l’application Echosea© sont utilisées par les pêcheurs : un outil de surveillance, et de gestion durable des ressources marines en Méditerranée, destiné à identifier et réduire les prises accidentelles d'animaux marins. 

  • Aujourd’hui, les pêcheurs de la Sathoan engagés dans la démarche MSC suivent des quotas stricts et capturent environ 200 tonnes par an. 

  • Pour réduire l’effort de pêche, l’ICCAT (ou CICTA pour Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique) a mis en place des mesures strictes dès 2007 dans le cadre d’un « plan de reconstitution »   

    - Les quotas de pêche ont été divisés par deux pour limiter la pêche
    - Les autorisations européennes de pêche accordées ont été limitées
    - Des saisons sont interdites à la pêche en fonction des engins de pêche utilisés et de la taille des navires
    - La taille minimale de capture a été augmentée pour laisser les plus jeunes poissons dans l'eau, et leur permettre d'arriver à maturité
    - Une équipe d'observateurs embarqué avec les pêcheurs en mer pour collecter des données scientifiques sur la pêche
    - Une surveillance satellitaire et aérienne est mise en place pour lutter contre les risques de pêche illégale
    - Un système de traçabilité pour suivre chaque espèce et lutter contre la pêche illégale : une bague d'identification est apposée sur chaque espèce

La population de thons rouges a atteint un niveau similaire à celui des années 1970, avant l'effondrement.

«Les pratiques durables des petits pêcheurs de thon rouge de le SA.THO.AN en Méditerranée sont un réel signe d’espoir pour la préservation des océans. Leurs efforts ont permis de rétablir la population de thon rouge, conjointement avec les ONG, scientifiques, et organisations de pêche. »,
explique Margaux Favret, Ingénieure-Halieute et Responsable Pêcheries au Marine Stewardship Council France 

« Cette certification nous montre que la surpêche n’est pas une fatalité et que l’action collective peut changer les choses. Quand on sait que 80% des populations de poisson évaluées en Méditerranée sont surexploitées, il est urgent d’agir. L’accompagnement des pêcheurs vers la pêche durable est un objectif fondamental du MSC pour accélérer la transition écologique et préserver la planète », conclut-elle. 

Un consensus scientifique difficile à atteindre  

L’évaluation de cette population de thons rouges a été soumise à une variété de modèles mathématiques et à de nombreuses études scientifiques parfois divergentes, attestant une fois de plus de la difficulté de compter avec certitude des populations de poissons que l’on ne voit pas et qui se déplacent. C’est pourquoi le MSC soutient les connaissances et les données scientifiques les plus récentes et fiables. Le cahier des charges qui sert de cadre scientifique et écologique aux procédures d’évaluation indépendante des activités des pêcheurs est révisé tous les cinq ans.  

Alors que le plan d’urgence de l’ICCAT (ou CICTA) prenait effet en 2007, la recherche scientifique s’est parallèlement accélérée. Parmi les grandes avancées, on note une plus grande fiabilité dans l’évaluation des populations de thons rouges ; le développement de campagnes de marquages (grâce à des balises, les chercheurs comprennent mieux les déplacements des thons) ; l’élaboration d’études sur leurs migrations, leur maturité ou encore leur reproduction qui ont permis aux experts scientifiques de mieux analyser ces espèces.  

La population de thons rouges de Méditerranée est ainsi entrée, selon les derniers avis scientifiques, dans une phase favorable de restauration sous réserve de maintenir un niveau d’activité durable stable, après quinze ans de gestion internationale et surveillance accrue des activités de pêche en mer.  

Une espèce emblématique qui donne le ton 

L’histoire du thon rouge est mouvementée et jalonnée de controverses. Cette espèce est la preuve vivante de l’efficacité des luttes associatives. Grâce à la mobilisation sur le terrain des ONG, des scientifiques, des gouvernements, des pêcheurs et des gestionnaires des pêches, des mesures fortes ont été mises en place pour éviter l’effondrement de la population de thons rouges.  

Toutefois, le thon rouge nécessite une approche précautionneuse pour que les efforts mis en œuvre pour protéger les ressources naturelles dans les océans jusqu’à présent ne l’aient pas été en vain.  

La pêcherie artisanale de la SA.THO.AN est certifiée durable pour les cinq ans à venir et sera régulièrement contrôlée. Dans ce cadre, les pêcheurs devront continuer à améliorer leurs activités et minimiser tout impact dans les océans pour la survie de cette espèce, notamment à mieux analyser les interactions avec les espèces environnantes comme les oiseaux, les requins et les raies.  

 

Pour aller plus loin : 

    • '{{item.Image.Title}}', {{item.Image.Artist}}, {{item.Image.Description}}